La page est en cours de chargement…...
07.10.15
Dans les coulisses de la semaine de la Couture Parisienne

A l’occasion de la semaine de la Couture, Christian Louboutin a chaussé les défilés de deux de ses contemporaines, Ulyana Sergeenko et Bouchra Jarrar. En s’imprégnant de leurs collections, le créateur a imaginé pour chacune des souliers qui reflètent leurs univers respectifs.

La collection Automne/Hiver 2015 d’Ulyana Sergeenko racontait son Saint-Pétersbourg natal, dans les appartements communautaires de l’ère Soviétique. Chaque pièce suggérait subtilement les intérieurs traditionnels de son enfance : un canapé se muait en manteau de fourrure moelleuse et une robe entièrement brodée évoquait la silhouette structurée d’un abat-jour. La créatrice a fait de l’artisanat de haut vol sa marque de fabrique et cette saison ne dérogeait pas à la règle, des cristaux appliqués minutieusement à la main aux plastrons de dentelle délicate, sans oublier les somptueux manteaux de fourrure. Sous le soleil parisien, on rêvait à l’Hiver Russe qui permettrait enfin de s’y emmitoufler. Christian Louboutin avait choisi de faire écho aux pompons de fourrure qui ponctuaient la collection en surmontant ses Youpi 120 en cuir métallisé argent et ses toutes nouvelles Dorissima 120 en cuir mat d’un unique pompon de vison duveteux. De pied en cap, Ulyana Sergeenko a rendu un hommage vibrant à la nostalgie du vieux continent et à l’opulence de la Haute Couture.

Le lendemain, de l’autre côté de la ville, Bouchra Jarrar dévoilait sa collection Automne/Hiver 2015, marquée par l’indolence de ses lignes années 30, la précision de ses coupes et la souplesse de ses robes asymétriques en satin. Qualifié à juste titre de « couture d’aujourd’hui », le style moderne de Bouchra Jarrar habitait chaque détail, les jupes en mousseline de soie plissée, les gilets cousus de plumes et les spectaculaires robes longues rebrodées de pierreries. Cette saison marquait un élargissement de la palette de la créatrice, qui a nuancé ses impeccables coupes masculines de bandeaux de satin et de robes souples tout en féminité. Cette approche sensuelle s’accordait à merveille aux souliers imaginés par Christian Louboutin. Il avait décliné pour l’occasion ses Zazou, un mocassin pointu, en soulier plat agrémenté de métallerie, en python blanc ou noir et en strass, reflet de l’esprit masculin-féminin du défilé. Une nouvelle saison chaussée de rouge s’annonce, la semaine de la couture se clôt, et c’est en lui faisant un clin d’œil que nous tournons les talons !